in search of... https://insearchof.journalintime.com/ fr 2021-09-04T15:36:00+02:00 https://insearchof.journalintime.com/Lettre-a-toi Lettre à toi Tu me manques tellement. Tellement tellement tellement tellement. Je pense tout le temps à toi. Je suis malade, sûrement. Mais t'es toujours là, tu es ma bouée de sauvetage quand je suis bien profond dans les marécages, c'est à toi que je pense quand j'ai besoin de réconfort. J'ai l'impression de te voir de plus en plus distinctement au fil du temps, je me rappelle ton visage, tes cheveux, tes yeux, ta bouche, ton nez, ton sourire, tes expressions, tes gestes, ta voix, ton odeur... Je suis flippant. J'ai un égo démoniaque, je sais que je ramène tout ça à moi au final, c'est pas Tu me manques tellement. Tellement tellement tellement tellement. Je pense tout le temps à toi. Je suis malade, sûrement. Mais t’es toujours là, tu es ma bouée de sauvetage quand je suis bien profond dans les marécages, c’est à toi que je pense quand j’ai besoin de réconfort. J’ai l’impression de te voir de plus en plus distinctement au fil du temps, je me rappelle ton visage, tes cheveux, tes yeux, ta bouche, ton nez, ton sourire, tes expressions, tes gestes, ta voix, ton odeur… Je suis flippant. J’ai un égo démoniaque, je sais que je ramène tout ça à moi au final, c’est pas vraiment de toi qu’il s’agit, plutôt d’une image de toi dans ma tête, une copie de toi, qui a peut-être existé un jour, peut-être pas, mais cette image est toujours là et je me réconforte auprès d’elle et pourtant ça me fait mal, je crois. Je suis triste que tu ne sois plus là. Je suis triste que tu ne sois probablement plus jamais là. Tu es juste un fantasme, une fantaisie, un délire, une idée, un concept, un réconfort futile. Et pourtant j’ai envie de te dire combien je t’aime, j’ai envie de voir se réaliser ces situations où tu es là, on se prend dans nos bras, on se câline, on s’embrasse, on se touche, on se parle, on se dit "je t’aime" avec tout l’amour et toute la sincérité du monde, avec chaleur, gentillesse, calme mais passion, une envie de fondre l’un dans l’autre et ne plus jamais se quitter, fusionner brutalement, fort… Je sais pas pourquoi j’écris tout ça, pourquoi j’ai envie de te dire tout ça. Peut-être que c’est un moyen d’exprimer ce que je ressens pour toi. Peut-être que ça va me faire du bien. Peut-être que ça va changer quelque-chose.
Parce que j’ai besoin de connaître l’amour - à nouveau. Je pense que je l’ai vraiment ressenti pour toi mais c’était tellement confus, mêlé à mon anxiété et ma dépression, mon mal-être… Et aujourd’hui j’ai besoin de retrouver de cet amour, ne serait-ce que pour me l’offrir à moi, j’en ai vraiment besoin, j’ai l’impression d’en manquer, en tout cas qu’il me manque une pièce. Ce serait peut-être prématuré d’aller chercher cette pièce chez quelqu’un d’autre ; mon père et ▪▪▪ m’ont répété avant que je rentre de "travailler sur moi-même" avant de commencer une relation avec quelqu’un. J’ai beaucoup jonglé avec cette idée dernièrement, et ça me fait mal de le reconnaître mais je crois qu’ils ont raison. Ça me fait d’autant plus mal que ça met à jour des questions que je ne veux pas affronter, comme "Pourquoi je tiens tant que ça à être en couple" ou "Pourquoi je tiens tant que ça à vivre une histoire d’amour avec une fille". Pourquoi je fantasme autant l’amour. Et ça me fait partir dans des histoires d’incel, des trucs glauques avec des gens sombres et frustrés, et j’imagine que je suis un peu comme eux, et ça me fait honte, et peur. Je ne veux pas faire du mal aux gens, je suis humain non ? Or je suis peut-être bien plus cruel que ce que je veux bien le croire. Je me raconte sûrement beaucoup de mensonges et j’y crois sûrement beaucoup trop. Si c’est le cas j’ai envie que ça cesse. Pour (re)mettre les pieds dans la réalité, pour me libérer. Et s’il me faut t’écrire à nouveau pour en arriver là, je le ferai.
Tu me manques tellement, ...
Console-moi…

]]>
2021-09-04T15:36:00+02:00
https://insearchof.journalintime.com/Little-Simz-Wounds-ft-Chronixx Little Simz - Wounds (ft. Chronixx) je me suis endormi sur mes lauriers. complaisance à tous les étages. c'est trop bon d'être tranquille, et plus ça dure, plus on en redemande. mais je suis un loser magnifique et je ne suis pas grand-chose mais je ne me donne pas perdu pour autant. c'est ce que me dit ■■■ par mail : "Ne jamais se donner perdu, c'est la seule règle 😂 j'en sais quelque chose..." trop cool sa réponse. la flamme circule ! ... y'a toujours une issue. il me semble. c'est juste que la transition va être un peu plus compliquée que prévue... je me suis endormi sur mes lauriers.
complaisance à tous les étages.
c’est trop bon d’être tranquille, et plus ça dure, plus on en redemande.
mais je suis un loser
magnifique
et je ne suis pas grand-chose
mais je ne me donne pas perdu pour autant.
c’est ce que me dit ■■■ par mail :
"Ne jamais se donner perdu, c’est la seule règle 😂 j’en sais quelque chose..."
trop cool sa réponse. la flamme circule !
...
y’a toujours une issue. il me semble.
c’est juste que la transition va être un peu plus compliquée que prévue…

]]>
2021-04-18T13:36:20+02:00
https://insearchof.journalintime.com/Hypersensible Hypersensible Hyper quoi ? Hyper-tendu ? Hyper-oppressé ? Hyper-apathique ? Hyper-feignant ? Hyper-silencieux ? Toujours trop silencieux. Trop pressé de ne rien faire. Trop anxieux de faire l'effort. Trop peu de sens. Ou vain. Il faut pleurer ? Il faut tout lâcher ? Cracher à fond ce qui traine dans les entrailles ? S'en foutre à fond ? Se balancer sur la corde en feu, brûler des kilos d'émotions ? Émotions. Réceptionnées, recyclées. Comprises à moitié. Je suis aveugle. Ou je vois mal, je manque de nuance. Passer au deuxième monde, recommencer à zéro (encore), mais cette fois c'est plus Hyper quoi ?
Hyper-tendu ? Hyper-oppressé ? Hyper-apathique ? Hyper-feignant ? Hyper-silencieux ?
Toujours trop silencieux. Trop pressé de ne rien faire. Trop anxieux de faire l’effort.
Trop peu de sens.
Ou vain.
Il faut pleurer ? Il faut tout lâcher ? Cracher à fond ce qui traine dans les entrailles ? S’en foutre à fond ? Se balancer sur la corde en feu, brûler des kilos d’émotions ?
Émotions.
Réceptionnées, recyclées. Comprises à moitié. Je suis aveugle. Ou je vois mal, je manque de nuance.
Passer au deuxième monde, recommencer à zéro (encore), mais cette fois c’est plus simple, ça va plus vite pour remonter la pente.
Tourner en rond, ne pas vraiment parler, juste se satisfaire.
Il faut aller là où c’est inconfortable.
J’en ai pas envie. Vraiment vraiment vraiment pas. Là où je ne sais pas. Mais c’est là que ça brille, que ça progresse...
Il faut y aller…

]]>
2021-02-03T15:30:00+01:00
https://insearchof.journalintime.com/on-est-tous-une-bonne-et-une-mauvaise-personne on est tous une bonne et une mauvaise personne. // je tape vraiment extrêmement vite (oh l'autre eh...) et en plus on a des claviers vraiment cools // genre celui qu'on a reçu juste avant le confinement il est tellement ienb // mais d'un côté j'ai l'impression d'être une fucking secrétaire c'est un peu dérangeant mais on s'y fait // ... // l'écriture, c'est par là que ça sort pour moi (mais c'est le cas pour n'importe quel artiste en fait non ?) // ah ben non la peinture par exemple, la photo, etc. // plus je tape au clavier, // plus ça me met en route pour taper du vrai code... la base de mon métier quand même ! // donc : // je tape vraiment extrêmement vite (oh l’autre eh...) et en plus on a des claviers vraiment cools
// genre celui qu’on a reçu juste avant le confinement il est tellement ienb
// mais d’un côté j’ai l’impression d’être une fucking secrétaire c’est un peu dérangeant mais on s’y fait
// ...
// l’écriture, c’est par là que ça sort pour moi (mais c’est le cas pour n’importe quel artiste en fait non ?)
// ah ben non la peinture par exemple, la photo, etc.
// plus je tape au clavier,
// plus ça me met en route pour taper du vrai code… la base de mon métier quand même !
// donc : taper c’est good
// mais ensuite il faut vraiment charbonner…

...

// auto-flagellation… poser une question à ■■■ en anticipant de me faire refouler avec option "sentiment de se faire taper sur les doigts"...
// maintenant que ■■■ et ■■■ sont out of the way (vraisemblablement)... what about ■■■?
// wow sérieux ?... tu sais que c’est la porte d’entrée pour le casse-pipe… mmmmh judicieux choix de mots...
// tu sais que le sentiment d’amour te déglingue n’est-ce pas ?...
// mais ça te fait grandir...
// sur le long terme ok… mais sur le court tu deviens complètement idiot...
// d’autant que t’es pas vraiment amoureux de ■■■... are you?
// -- complètement aveugle devant tous tes "principes" --... for the better?
// tu te remets même à faire du anglais/français ffs!
// mais d’un autre côté tu cherches à te déconstruire n’est-ce pas ?
// enfin c’est ■■■ qui te disait ça… de même pour "je finis toujours ce que j’ai commencé"...
// mais ce sont plutôt de bons principes non ?
// donc quoi, le problème c’est juste que t’as pas l’impression que ça "vient de toi" ?
// donc retour de l’égocentrisme tyrannique ? genre t’es l’alpha et l’oméga et tout le toutim ?
// donc auto-flagellation etc.
// ou bien tu coupes court à ce discours intérieur et tu bosses...
// ... t’as pas le choix, tu aimes te faire du mal à toi-même on dirait...
// really?
// bah oui quand tu parles de "complaisance" dans la souffrance, ou même juste de souffrance, qui consiste à entretenir la douleur...
// tu t’y es tellement identifié...
// tu sens comme c’est en train de revenir...
// soumission
// dégoût
// soulagement
// perte d’espoir
// mais toujours pas d’envie de bosser ahah… enfant terrible !
// come on, do something...
// tu vas me le demander gentiment jusqu’à ce que tu t’énerves, I know you too well...
// pas de "méchant" en ce bas monde ?
// ouais du coup je vais perpétuellement être en questionnement par rapport à ■■■...
// do something ! le temps presse !
// évidemment...
// pas en contrôle de moi-même...
// on ne change pas...
// retour aux pensées noires : célibats de ■■■ et ■■■ ; ■■■ ;
// you’re trying to solve life...
// pas plus intelligent qu’un autre ; pas plus souffrant qu’un autre ; pas plus sensible qu’un autre
// très anxieux, en effet… (-> peur d’une catastrophe...)
// ... un rdv cette semaine avec la psy serait bienvenu non ?
// tu sais que tu pourrais tenir...
// mais j’ai besoin de guérir là !
// ...
// acceptation
// ...
// pourquoi cette sorte d’égocentrisme dans le sens "je veux tout faire moi-même, je veux que tout me soit dû" ?
// rapport avec le grand-père inconnu ?
// j’arrive à rien.
// je suis coincé devant ces putains d’écrans et j’arrive à rien.
// je me mets la pression pour tout faire moi-même, je ne demande d’aide à personne alors que ça irait beaucoup plus vite si on s’y mettait à plusieurs.
// mais je sais pas comment demander, comment formuler, et j’ai peur de me faire taper (même gentiment) sur les doigts.
// je ne vais pas rentrer 4 points (pas 4 vrais points quoi).
// non mais de toute façon ça n’a aucun sens.
// ah.
// donc tu ne veux faire aucun effort ?
// ...
// tout ce temps pour retomber sur mes (tristes) pattes...
// si si je veux faire un effort.
// par quoi je peux commencer ?
// poser des questions.
// encore ?
// bah oui ça ne s’arrête jamais un jour par miracle hein.
// bon dieu que c’est dur. j’aurais pas dû mettre le doigt dans l’engrenage des non-dits sur le net hier...
// maintenant je me pose un million de questions sur ma famille.
// oui il y a un ou plusieurs secrets qui se cachent.
// mais à quoi bon chercher à les déterrer ?
// ... (rien ne fait sens) ...
// je n’arrive à rien,
// je boucle,
// et j’ai peur qu’un malheur vienne se rajouter dessus.
// genre "alors insearchof tu as fait quoi aujourd’hui ? - bah rien en fait."
// je sens que je devrais prendre l’initiative de poser une question / parler.
// mais j’ai peur. je ne sais pas quoi dire. je ne sais pas ce que je veux dire.
// je fais pitié, je m’agace.
// frustrations sur frustrations.
// sans fin ?
// il n’y a jamais un effacement absolu de non-dits ?
// ...
// god help me.
// on est tous une bonne et une mauvaise personne.
// there is always everything and nothing.
// ...
// dépression lancinante...
// ma piste qui donne de l’espoir : c’est la relation entre ma mère (+ ■■■) et son père qui rejaillit sur moi. (et ■■■ aussi un peu. et ■■■ ?...)
// ce qui veut dire que je suis en train de pousser un énorme rocher. (ouais le bonus de confiance qui part dans le mauvais trou : égocentrisme / moi plus fort que toi / faites place au dieu humain sur terre...)
// quelles conséquences sur le futur ?
// et est-ce seulement vrai ?...

]]>
2020-11-30T13:41:24+01:00
https://insearchof.journalintime.com/Can-t-sleep Can't sleep Feu d'artifice de pensées ce samedi soir, can't sleep. Je me suis réconcilié avec un ami et ça me rassure, je suis capable de faire des concessions quand ça compte et que c'est important. Mais derrière, le déluge de pessimisme se poursuit. Je pense à Heath Ledger, et à ce type aussi : https://en.wikipedia.org/wiki/Kim_Ung-yong "At that time, I led my life like a machine―I woke up, solved the daily assigned equation, ate, slept, and so forth. I really didn't know what I was doing, and I was lonely and had no friends." Ça résonne tellement que ça fait mal. Et en l'occurrence ça Feu d’artifice de pensées ce samedi soir,
can’t sleep.
Je me suis réconcilié avec un ami et ça me rassure, je suis capable de faire des concessions quand ça compte et que c’est important.
Mais derrière, le déluge de pessimisme se poursuit.
Je pense à Heath Ledger,
et à ce type aussi : https://en.wikipedia.org/wiki/Kim_Ung-yong

"At that time, I led my life like a machine―I woke up, solved the daily assigned equation, ate, slept, and so forth. I really didn’t know what I was doing, and I was lonely and had no friends."

Ça résonne tellement que ça fait mal. Et en l’occurrence ça m’empêche de dormir.
Je ne veux avoir d’animosité envers personne ; surtout pas envers des gens qui sont objectivement bienveillants avec moi. Le problème c’est que je n’ai rien à faire là, parmi eux… ?
Ou bien je suis justement à ma place ?
En quête de ma vraie place, au moins une meilleure place ?
Possible.
...
J’espère.
Et l’espoir c’est cool. Parce que c’est rare.
...

J’ai reporté mon rdv avec la psy à mercredi prochain, à un horaire plus confortable, qui a moins de chances de me faire péter un câble d’angoisse.
Fucking confinement…

]]>
2020-11-22T03:51:03+01:00
https://insearchof.journalintime.com/bonsoir Bonsoir J'aimerais avoir quelque chose d'intéressant à dire pour ouvrir mon journal en ligne mais là je n'ai rien qui me vient. Du moins, rien de joyeux, d'intrigant, de passionnant, qui donne envie d'en savoir plus, qui appelle à une suite, à de l'aventure. Ce journal en ligne au départ c'est juste une démarche personnelle d'expulser ce que j'ai dans le crâne en me disant que ça m'aidera à me sentir mieux, car je ne me sens vraiment pas bien. Et tant qu'à faire de l'expulser en ligne, pour que ça puisse peut-être inspirer d'autres gens, ou au moins qu'ils se retrouvent dans certaines de J’aimerais avoir quelque chose d’intéressant à dire pour ouvrir mon journal en ligne mais là je n’ai rien qui me vient. Du moins, rien de joyeux, d’intrigant, de passionnant, qui donne envie d’en savoir plus, qui appelle à une suite, à de l’aventure. Ce journal en ligne au départ c’est juste une démarche personnelle d’expulser ce que j’ai dans le crâne en me disant que ça m’aidera à me sentir mieux, car je ne me sens vraiment pas bien. Et tant qu’à faire de l’expulser en ligne, pour que ça puisse peut-être inspirer d’autres gens, ou au moins qu’ils se retrouvent dans certaines de mes idées, de mes doutes et questionnements.
Je me sens seul, et ce sentiment s’accentue de plus en plus. Je m’éloigne des gens qui comptent pour moi, je me cache derrière les écrans. Le confinement n’aide pas du tout, mais il aide sur d’autres points… Enfin, plus vraiment. Tout est mêlé. Mon psyché est un gros nœud que je n’arrive pas à démêler. Enfin parfois j’arrive à le manier correctement mais c’est des coups de chance bien trop rares.
Ma vie est une souffrance. Tout le monde souffre bien sûr. Mais moi, c’est vraiment l’émotion numéro un qui domine mes journées. C’est en arrière plan mais c’est toujours - souvent - là.
Je doute. Beaucoup. Trop.
Je culpabilise et j’ai honte de ce que je pense. J’imagine que je suis un connard imbu de sa personne. J’imagine que mon cas est sans solution, que je ne verrai jamais de jours meilleurs ; que le meilleur est derrière moi, et que je ne peux qu’espérer vivre à peine aussi bien que ce que j’ai pu vivre alors.
J’ai 25 ans et chaque jour je doute jusqu’à mettre ma vie en jeu. Chaque jour j’ai l’impression d’être au bout du chemin. J’angoisse, j’ai la boule au ventre, j’ai envie de vomir tellement je stresse. Je panique. Je suis irresponsable. J’implore le putain de Ciel de me donner la force de tenir jusqu’à au moins jeudi 19 : rendez-vous en visio avec une psychologue. Je ne suis même pas croyant (pas pratiquant en tout cas… enfin c’est juste pas dans ma culture quoi), mais après être passé par Nietzsche cet été (et m’être brûlé d’approcher de si près un tel feu d’artifice nihiliste) je crois que j’ai intérêt à avoir un minimum de respect pour Dieu. Et y’a peut-être même moyen qu’en priant de temps en temps, il se passe des trucs pas trop mal dans ma vie.
Donc oui, que ma prière soit numérique, que ma volonté soit au ras des pâquerettes mais présente quand même, que mon énergie soit infime mais tenace, car je veux et j’exige me sentir un jour un peu mieux dans ma peau. Que ce journal soit ma manière de partager cette prière avec un auditoire inconnu.

]]>
2020-11-09T22:48:00+01:00